L'Éveil de
Lyra

Lorsque les Loups

                   sont laissés à eux-même

Trailer: Les Chaînes de la Guerre

Résumé Narratif: Le Dernier Loup

HISTOIRE

L'Éveil de Lyra - 2 semaines avant le cinquième événement

Musique

''   Mes Frères, écoutez-moi bien.
     Nous sommes ici aujourd’hui pour célébrer une grande victoire.
     Pour célébrer l’arrivée de la foi dans nos vies à tous.

     Pour célébrer ce moment glorieux et unique lorsqu’on ressent l’amour de Lyra      pour la première fois.

     Aujourd’hui, vous comprenez ce que nous sommes.

     Nous sommes la Fraternité.
     Et nous vous accueillons parmi nous. ''

 

Je suis le dernier.
Le dernier debout.

Lorsque je lève la tête, je vois une Meute abattue.
Des loups la queue entre les jambes.

Plus personne n’ose parler.

Plus personne n’ose lever les yeux.

Plus personne n’ose se battre.

Ils regardent le sol. En espérant qu’ils ne seront pas le prochain.

Dire que tout ça a commencé il n’y a seulement que 2 semaines.

Arnaud et Douglas sont arrivés…

Ils sont venus nous parler de Lyra. De Fraternité. D’espoir dans la longue nuit.

Ils nous ont aidés. Ils nous ont nourris. Ils nous ont souris.
Puis certains loups ont rejoints leurs rangs.

Ils souhaitaient savoir comment devenir comme eux.

Forts. Confiants. En sécurité.

Alors Douglas a organisé une cérémonie pour les accueillir parmi eux.

Chuck en faisait parti.

La cérémonie s’est passée au cœur de Saint-Charles.

150 Fraternels ont guidés la Meute vers un cercle de feu, au centre duquel se tenaient 8 personnages.
Le Grand Corbeau. La Dame en Rouge. L’Oeil de la Paix. L’Oeil de la Guerre. L’Oeil de la Foi. Arnaud. Douglas. Alice.
Tous réunis pour baptiser Chuck et ses loups dans leur putain de secte.

Ceux ayant voulu faire parti de la Fraternité ont appris trop tard qu’ils auraient dû se méfier d’avantage.

La cérémonie qui a commencé par des prières et des méditations de groupe, a fini dans un bain de sang, de sacrifice, de hurlement et d’automutilation.

Lorsque vint la dernière étape, la coupe de l’annuaire, je vis leurs regards se tourner vers leurs amis, à la recherche d’une dernière vague d’amour et d’affection avant de sombrer dans la folie de Lyra.

Mais tous ce que le regard de leurs amis leur offrit ne fut que peine, pitié, et mépris.

Mais ils n’avaient plus le choix. Les Fraternels refermaient leur poigne, et s’ils n’obéissaient pas, ce serait la fin de la Meute.

Chuck les encouragea donc tous.

Grâce à cet acte, ils feraient parti des Fraternels, et pourraient enfin comprendre comment avoir une emprise sur les infectés. Rien ne les obligeait à croire en Lyra. Rien ne les obligeait à être un Frère modèle.

Alors ils le firent tous.


Quand le sang de mes amis forma une rivière qui coulait jusqu’à mes pieds, je compris qu’il était trop tard. La Meute était chose du passé. Nous avions perdu notre liberté.
C’est à ce moment que nous l’avons entendu.

Ce rire glacial.
Un rire triomphant qui perçait à travers les ténèbres de la nuit.
Même les Fraternels retenaient leur souffle.

Le Grand Corbeau s’approcha de Chuck en tappant des mains.

Son rire s’arrêta quelques secondes.

Puis il enleva son masque.


Le Pianiste.
Alphonse.


C’était lui, dans la toge du Grand Corbeau.
Avait-il poussé ses plans si loin qu’il en était rendu là? Assassiner le Grand Corbeau pour usurper son identité?
Mais à la vue des Fraternels autour de moi… je compris.
C’était lui, le Grand Corbeau.

Le Fondateur de la Fraternité.

Le premier touché par Lyra.

Depuis ce soir là, tout a changé pour la Meute.
Chuck a été placé en cellule, maintenu fermement par de lourdes chaînes.

Le Pianiste vient le voir régulièrement pour lui parler de destinée et de travail main dans la main.
Les loups, privés de leur chef, errent sans but.

Ils sont surveillés constamment par certains membres de la Fraternité qu’on appelle les Sentinelles. Chargés de veiller sur la Meute.
Au début, on était loin de comprendre la gravité de la situation.
Mais on a vite apprit.


L’un d’entre nous a eu la main coupée pour avoir tenté de voler une canne de soupe.
Un autre s’est fait crever les yeux pour avoir espionné dans l’Église de la Fraternité.
Puis un autre s’est fait coudre les lèvres au fil de fer pour avoir parlé en mal de la Fraternité.

Nous sentions le sang de la colère monter dans nos veines.
Nous ne pouvions tolérer ça.


Lorsque quelqu’un fut exécuté sommairement pour avoir prit des notes sur l’exécution d’une rébellion, nous savions qu’il était temps d’agir. Il n’y avait que 4 Sentinelles dans notre secteur du village. Nous avons pris les armes, et avons défendu la vie de notre ami. Après avoir abattu les gardes, nous avons renforcé notre position. Nous avons préparé nos hommes. Nous allions nous battre pour notre liberté.

Quelle stupidité.


Une centaine d’hommes de Lyra, armés de fusils automatiques sont arrivés dans le village. Le carnage a duré toute la nuit. 34 loups sont morts.

Seulement 2 Fraternels.
Ils ont exposé leurs têtes sur des piquets de bois autour du village.


Le contrôle et la surveillance des Sentinelles ont été augmentés.
Et elles sont encore plus féroces que jamais.
Même nos amis qui ont rejoint leur groupe ne nous répondent plus. Ils ne nous regardent même plus. Je ne sais pas ce qu’ils leurs on fait.
En te laissant partir vers l’Armée de la Zone, 2 de nos hommes sont morts pendant la distraction pour que tu aie le temps de quitter la ville.


Les cadets et les mercenaires n’ont plus l’air d’avoir envie de la révolte non plus. Ces étrangers qui méprisaient autrefois la Meute pour leur manque d’initiative sont maintenant rabattus de force au même titre que les autres.
Nous sommes tous abattus.


Je suis le seul, le dernier encore debout. Qui croit encore au changement. À la liberté.

Et pour ça… nous devons libérer Chuck.


Aide nous, Louis.

 

''   Mes Frères, écoutez-moi bien.
     Nous sommes ici aujourd’hui pour célébrer une grande victoire.
     Pour célébrer l’arrivée de la foi dans nos vies à tous.

     Pour célébrer ce moment glorieux et unique lorsqu’on ressent l’amour de Lyra      pour la première fois.

     Aujourd’hui, vous comprenez ce que nous sommes.

     Nous sommes la Fraternité.
     Et nous vous accueillons parmi nous. ''