GET 
  Your

 

     PLACE!

HISTOIRE

Le Quatrième Événement - 2018

Quand la meute est affamée, ses loups migrent...
De gré ou de force.

 

Et moi qui pensais qu’on était bien installés.
La horde a vite fait de nous prendre certains de nos meilleurs hommes.

Notre palissade n'y pouvait rien.

Chuck a prit la décision.

Nous allions conquérir Saint-Charles.

Alpha qu’ils sont, Chuck, Vincent et Louis nous ont guidés vers notre nouvelle tanière. Ou du moins ce qu’il en reste.

 

La mystérieuse ville qui avait été aperçue à l’horizon est maintenant devenue ce qui s'approche le plus proche d’un havre de paix que l’on puisse trouver ces temps-ci. Sang fut versé, et plusieurs loups ont périt... mais je dois dire que ça en valait la peine. Après-tout, qu’est-ce que quelques vies pour un toit... un chez-soi?

Toutefois, notre apparition a semblé en offusquer certains. En effet, dès notre arrivée, des messages de morts sont apparus autour de nous. Des lettres. Des cadavres. Des fleurs sur les infectés.

La Rose Blanche.

Un nouveau groupe qui émergeait... et qui semblait en savoir bien plus sur la Meute que ses propres loups.

Et ils est clair qu'ils déclaraient la guerre.

Ça ne nous a pas empêché de faire bien des rencontres depuis notre arrivée. Un intrépide herboriste du nom de Herbi, ainsi qu'une chasseuse sauvage, Alice, en passant par de mystérieux érudits, Arnaud et Douglas… qui s’avèrent avoir pris le contrôle du reste de St-Charles.

 

En effet, la Meute est présentement clandestine.

Saint-Charles était en réalité habité, par un groupe qui se surnomment "la Fraternité". Des membres qui parlent d'Armageddon. D'Antéchrist. D’ange déchue et de Karma. Mais ils semblent avoir la tête sur les épaules. Un peu trop.

Lorsqu'ils se vantent de nourrir leurs infectés et d'être immunisé à leurs agressivité, il est dur d'y croire. Mais lorsqu'on les voit marcher calmement à travers une horde... on ne peut faire autrement.

Nous ne pouvons nous plaindre: Ils nous donnent de la nourriture, et une partie du village. Pour ça, je les remercie.

 

Si seulement on pouvait tous être aussi gracieux. Avec Louis, qui a prit de l'autorité et qui est constamment aux aguets, Chuck se faisant de plus en plus hanter par ses visions et son obsession de vaincre le Pianiste, il est clair que les temps ont changés, et la reconnaissance et la confiance sont choses du passée.…
 

Parlant de confiance... 

Vincent est parti aux mains d’anciens amis.

 

En effet, la plupart des vieilles figures commencent à retourner leur veste. C’est bien seulement quand on a découvert que Vincent travaillait pour Istanbul que ce dernier a voulu commencer à s’expliquer et s'est fait poignardé par ses anciens amis, qui s'en sont servi comme appât pour s'infiltrer dans un campement d'Istanbul. Ces derniers ont reprit Vincent à bras ouverts... et qui sait ce qu'il réserve comme vengeance à la Meute...

 

Comme si ce n'était pas encore assez, on a eu droit à toute une visite ce matin.

Toute une visite.

 

Le Pianiste était de retour.


Il a fait bien plus que hanter notre Chuck avec sa guitare; il est non seulement entré accompagné d'une escorte de Juggernauts, faisant voler l’entrée du village en éclats, mais il semblait même leur parler.. leur susurrer d’immondes paroles à l’oreille.

 

Et ils écoutaient.

 

À son moindre commandement, ses nouveaux chiens de garde faisaient facilement fi de quiconque s’interposait, broyant les os des ennemis du Pianiste.

Et il n’était pas venu sans raison, le fou. Oh non.

Il voulait Chuck.

La Rose Blanche n'était qu'un leurre, un jeu.

Un groupe de son invention.

Mais pour le prochain acte, il avait besoin de l'Alpha.

 

Ce n'est seulement qu'avec l’aide de nos nouvelles capuches amicales de la Fraternité que nous avons pu y survivre...

Personnellement, n’importe quels de leurs batifolages mystico-cosmiques ne m’intéressent pas… mais je ne peux pas nier ce que j’ai vu.
Douglas dans sa toge, allant l’encensoir et flattant les infectés à même leur peau putride… sans réplique. Sans une égratignure.
Un rituel et le tour était joué.

 

Ils sont partis.

Petite victoire pour la Meute, car le Pianiste semblait avoir perdu à son propre jeu devant la tournure de la situation.

Toutefois, aucun n'a osé l'attaquer, de crainte de rompre ce foutu rituel.

Chuck ne sait plus quoi en penser et, pour être honnête, nous non plus.

Les Stanley, famille ne semblant pas connaître l'existence de la Zone.

Istanbul, auxquels nous nous apprêtons à dérober la cure de Regham.

La Machine des Sauveurs, qui avance tranquillement.

Tout ça commence à nous unir et nous séparer à la fois.

Les atrocités au beau milieu de la nuit se multiplient, allant de vieilles boîtes à musique aux murmures du fond de la forêt, certains parlant même d’Infectés larges comme quatre hommes, avec des tentacules organiques les reliant à d'autres infectés, sous leur contrôle...

Nous l'avons baptisé la Hive-Mother.

 

Qui sait ce que la nuit nous réserve.

Personne.

 

Même Chuck lui-même, aussi troublé soit-il devenu, semble vouloir se tourner vers cette Fraternité. Après tout, quand pourraient se tourner les hommes vers les pouvoirs d’au-delà, si ce n’était pas de l’apocalypse ? De la fin des temps ?

Il tient à découvrir les pouvoirs de Lyra.

Et il demande aux loups de le suivre.

 

Avec les morts sortant de la tombe… on a besoin de toute aide possible.

Des vies sont en jeu.

Nos vies.

Nos vies à tous.

 

Et d’après moi, franchement ?

C’est pas la fin de nos problèmes.

Le Pianiste est encore en liberté.
Istanbul a plus qu'une dent contre nous.

Et les frères... les chers frères.

Ils parlent d'une nuit apocalyptique.

Prophétique.

Quand, dit-on?

Demain.

La Lune de Sang.